4-Agouim - Lala Sfia Ali

Samedi 9 Mai 2009

 

Je reprends la route après, luxe suprême : un pain au chocolat ! La mule vient se garer dans la cour, ce que je n’aime pas quand on me la prend ainsi, c’est que je ne sais pas si elle a bien mangé. On fait un peu de goudron et je parviens rapidement à bifurquer sur l’autre flanc de la vallée pour suivre une piste. Je tente de monter sur la mule mais dès qu’arrive un village, elle veut y rester et met le frein à main ! J’apprécie de cheminer un peu seule, tranquille sur une large piste. Finalement la solitude me pèse moins que je ne le pensais. D’abord, je donne beaucoup d’énergie lorsque je rencontre des gens  (et cela arrive souvent) puis avec Mimi, je ne me sens pas seule, c’est une attention permanente. D’ailleurs, elle profite d’un coup de fil que je passe à Sylvain pour faire demi-tour. Lorsque je raccroche elle a disparu ! Heureusement, elle n’a pas encore trouvé la 4eme vitesse. J’apprends ainsi qu’une mule préfère cheminer sur les sentiers qu’elle connait, ce qui explique ses ses demi-tours réguliers.

 

J’atteins le goudron en fin de matinée et chevauche la mule qui garde un rythme correct sur un route bien marquée.C’est ainsi que nous entrons toutes deux dans Agouim, fin de notre premier tronçon et premier village un peu moderne du trajet. C’est un bled fréquenté sur la route de Marrakech-Ouarzazate.Et en plus je tombe le jour de souk. Je commence par accrocher un rétroviseur avec les bagages et dois m’acquitter de 60DH pour remplacer la pièce. Le propriétaire du véhicule me court après pour m’en avertir. Après un peu de négociation j’arrive à faire baisser le prix initial de 100DH. Je gare ensuite mon 4X4 devant un magasin qui vend le blé. Un monsieur en costard cravate (Mimi lui éternue sur le costard alors qu’il s’apprête à lui essayer la bride !) m’aide à acheter le blé et une nouvelle bride car l’ancienne risque de lâcher. Je lui offre le thé en échange puis un tajine pour notre repas. Pendant ce temps, Mimi s’impatiente et gratte la terre comme à son habitude. Nous conversons un moment avec Olivier et son épouse marocaine, un français que mon aventure interpelle. Ils souhaitent s’installer du côté de Telouet au Maroc. Mohammed Kamchich voudrait m’inviter dans son village d’Ighem mais je n’ai pas envie de faire du goudron  et maintiens mon idée de passer par les montagnes et la bergerie de Calla Cfiya. Je m’apprête à remonter vers les montagnes après avoir quitté le goudron et traversé l’oued alors que je demande mon chemin à deux jeunes gars. Ils m’accompagnent jusqu’au village d’Inkal, et l’un d’entre eux, Nourredine entame la conversation. Ils discutent entre eux et me proposent de passer par un autre chemin, plus connu qui passe par le village d’Ankrim. Demi-tour, nous voilà tous les 3 longeant l’oued et pataugeant dans les marécages avec Mimi qui perd la tête au milieu de ces belles herbes. Nous arrivons au village  et je décide de rester là pour la nuit.Nourredine m’installe dans leur maison moderne tandis qu’Abdellah rentre dans son village. Nous dinons d’un excellent couscous dans la maison traditionnelle que le reste de la famille à part Nourredine n’a pas voulu quitter. Nourredine passe son bac dans quelques jours à Ouarzazate puis entrera à l’université d’Agadir ou Marrakech. Le travail de son père dans le batiment apporte un bon niveau de vie à la famille tout en restant bien impliqué dans la vie locale. Je taquine Nourredine qui se définit lui-même comme « l’exemple du village » : un garçon travailleur et serviable qui est souvent appelé en intervention. J’en ai un exemple pas plus tard que cette nuit puisqu’on lui demande d’emmener une femme qui va accoucher  la maternité d’Ouarzazate ! il passera dons une nuit blanche. Le lendemain matin, je décharge mes photos sur son portable pour qu’il puisse les envoyer à Sarah. Malheureusement son internet ne fonctionne pas...

 

 


Dimanche 10 mai 2009

 

Toute la nuit Mimi, agitée, frappe du pied me poussant hors de la chambre de Nourredine.

 

Je prends le chemin du col accompagnée de Nourredine dont la maman m’a placée sous la protection. La montée est magnifique et l’ambiance sympathique avec Nourredine, sous fond de taquinerie sur ses capacités de guide.

 

Nous plongeons dans une superbe vallée et gagnons le fond de l’oued, rejoignant ainsi un gros troupeau de moutons et leurs bergers. Le paysage est splendide aride avec un fond d’oued sablonneux dans lequel Mimi bien évidemment cherche à se rouler avec les bagages. J’empêche les bergers de l’aider à se relever à coups de pied. Nous n’avons pas toujours la même notion du respect porté aux animaux. Nous prenons le thé ensemble sous une espèce de pins parasol. L’oued est à sec mais ils ont creusé des trous d’où surgit l’eau pour abreuver les bêtes. Un peu plus loin, sur le fond de l’oued nous atteignons Calla Cfiya, village abandonnée malgré un réservoir d’eau encore bien alimenté et des arbres fruitiers.Seul y persiste un berger Sidi Mohammed, qui vient là pour y tondre les moutons. Quelle atmosphère étrange que ce village presque abandonné ! Nous pique niquons avec le berger qui ne manque pas de me tripoter à la moindre occasion de ses mains de fer (des années à manier les ciseaux à laine, cela vous forge une sacré poigne !). Nous visitons sa cuisine et y prenons le thé pendant que Mimi se remplit la panse. J’évite de rester seule avec le berger qui me reluque d’un peu trop près. Je lui offre de quoi alimenter ses prochains rêves !

 

Dans ce hameau, un mausolée a été construit et y venir en pèlerinage amène soit disant la « baraka ». Des familles y viennent encore chaque année y préparer le couscous. Auparavant, ce village était un centre connu pour y apprendre les danses et musiques berbères.
A peine quitté ce cher Mohammed, je raconte à Nourredine le comportement peu respectueux du berger et mon ami, furieux, veut y retourner s’expliquer avec lui ! J’ai toutes les peines du monde à le calmer !! Nous suivons toujours les méandres de l’oued jusqu’au village de Aït Aziz qui n’était pas bien situé sur ma carte. Nourredine y retrouve ses amis et nous y passerons la nuit. Ce splendide hameau, encore privé d’électricité mis à part quelques chanceux équipés de panneaux solaires domine un long canyon que nous avons suivi cet après midi. Les roches calcaires semblent avoir été fracassées et lachées le long des pentes par quelque géant.

 

Agouim
Agouim Agouim
Agouim
Agouim Agouim
Agouim
Agouim Agouim
Agouim
Agouim Agouim
Agouim
Agouim Agouim
Agouim
Agouim Agouim
Agouim
Agouim Agouim
Agouim
Agouim Agouim
Agouim
Agouim Agouim
Agouim
Agouim Agouim
Agouim
Agouim Agouim
Agouim
Agouim Agouim
Agouim
Agouim Agouim
Agouim
Agouim Agouim
Agouim
Agouim Agouim
Agouim
Agouim Agouim
Agouim
Agouim Agouim
Agouim
Agouim Agouim
Agouim
Agouim Agouim
Agouim
Agouim Agouim
Agouim
Agouim Agouim
Agouim
Agouim Agouim
Agouim
Agouim Agouim
Agouim
Agouim Agouim
Agouim
Agouim Agouim
Agouim
Agouim Agouim
Agouim
Agouim Agouim
Agouim
Agouim Agouim
Agouim
Agouim Agouim
Agouim
Agouim Agouim
Agouim
Agouim Agouim
Agouim
Agouim Agouim
Agouim
Agouim Agouim
Agouim
Agouim Agouim
Agouim
Agouim Agouim
Agouim
Agouim Agouim
Agouim
Agouim Agouim
Agouim
Agouim Agouim
Agouim
Agouim Agouim
Agouim
Agouim Agouim
Agouim
Agouim Agouim
Agouim
Agouim Agouim
Agouim
Agouim Agouim
Agouim
Agouim Agouim
Agouim
Agouim Agouim
Agouim
Agouim Agouim
Agouim
Agouim Agouim
Agouim
Agouim Agouim
Agouim
Agouim Agouim
Agouim
Agouim Agouim
Agouim
Agouim Agouim
Agouim
Agouim Agouim
Agouim
Agouim Agouim

JoomSpirit